La tendance des campagnes de financement participative

Encore appelé le « Crowfunding » ou « financement par la foule », le financement participatif tel qu’il est connu et pratiqué aujourd’hui, (sous la forme de cagnotte en ligne), est apparu à la dernière décennie. Il est devenu le mode de financement plébiscité par bon nombre de PME, d’associations, de startups et de self-entrepreneurs pour financer leurs différents projets. Cette tendance de financement par la foule connaît un plein essor avec des investissements en forte hausse. Une étude du CFNEWS a d’ailleurs montré une progression de l’investissement en capital de 36% en 2016. Ce marché représente aujourd’hui plus de 16 milliards d’euros. Mais concrètement,

Qu’est ce que le financement participatif?

Le financement participatif consiste à récolter des fonds auprès d’un public plus ou moins large dans le but de financer un projet. Il s’est imposé comme un nouveau mode de financement et couvre plusieurs domaines (des prêts aux entreprises ou particuliers aux financements de startups, en passant par les pré-ventes, le domaine du social ou du développement durable, etc.) Sa diffusion et l’augmentation de sa pratique à travers le monde se doit essentiellement au développement des médias sociaux. Mais précisons que ce procédé existe depuis la nuit des temps et pour certains «depuis même la naissance de la charité ». Par exemple, la statue de la liberté a été financée par des appels aux dons lors d’évènements publics et dans la presse.

Les campagnes de financement participatif nécessitent beaucoup de préparation en amont et surtout d’y impliquer son entourage aussi bien en début qu’en fin de campagne. L’utilisation des réseaux sociaux et surtout d’internet est une nécessité pour pouvoir toucher un public le plus large possible. Il faut cibler son public et savoir adapter son discours à celui-ci, avec un excellent story-telling.

Quels sont les différentes formes de financement participatif?

Il en existe 4 différentes sortes : – le CrowdDonation : il s’agit là d’un pur don. La personne donatrice n’attend rien en retour de la somme qu’elle a versé. Cette forme de financement va bien avec les projets personnels et les actes associatifs. – le CrowdLending : ici la somme est prêtée au demandeur pour le financement du projet. Cette somme sera donc remboursée avec intérêt (prêt rémunéré) ou sans intérêt (prêt solidaire) – le CrowdEquity : ici, la personne investit dans le capital de l’entreprise. Il peut donc prendre des parts directement dans l’entreprise cible ou bénéficiaire ou par le biais de holding (intermédiaire représentant l’ensemble des investisseurs de l’entreprise cible). En bref, on donne de l’argent pour une part dans la société. – le CrowdSupporting : il s’agit principalement d’un modèle contrepartie. C’est le cas où la personne donne une somme en échange d’une récompense qui peut être un cadeau (en amont défini), un pré- achat, un prototype, une carte postale, etc.

Il n’est pas inopportun de se demander aujourd’hui si ce mode de financement durera dans le temps. A cette question, certains experts s’accordent à affirmer que tant qu’il y aura internet, tant que la crise économique existera et tant que les populations s’intéresseront au devenir de leurs épargnes, alors le financement participatif perdurera.

Laissez une réponse